Le bulletin de paie simplifié est entré en vigueur depuis Janvier 2018, ce qui a grandement simplifié sa lecture. Malgré tout, il peut être encore difficile de comprendre toutes les lignes d’un bulletin de salaire.
Nous allons vous expliquer dans cet article, les 4 grandes sections qui composent un bulletin de paie.

1. Les informations employeur et salarié

Le nom et l’adresse de l’employeur, son SIRET et code APE, les coordonnées précises du salarié (nom, prénom, adresse, numéro de sécurité sociale, emploi et classification, date d’entrée), l’information de la convention collective appliquée dans l’entreprise, et la période du bulletin, sont autant d’éléments obligatoires sur le bulletin de salaire.

2. Les composantes de la rémunération brute

De brut au net à payer : comprendre sa rémunération

Le salaire de base, c’est à dire le salaire « brut », est défini par la convention collective ou négocié entre l’employeur et son salarié c’est ce dernier qui est indiqué dans le contrat de travail.

Le salaire brut est celui qui sert de base de calcul des cotisations, et celui sur lesquels seront calculés les droits retraite et assurance chômage.
D’autres variables peuvent venir s’y ajouter comme des heures supplémentaires, des primes…

3. Comprendre les cotisations et contributions sociales

  • Les retenues salariales déduites sur le salaire brut sont reversées par l’employeur aux organismes sociaux (Urssaf, Retraite, Mutuelle) – Elles représentent en moyenne 23 % du salaire.
  • Les cotisations patronales sont calculées sur le salaire brut et sont reversées aux organismes sociaux à échéance mensuelle ou trimestrielle
  • La prise en charge de l’employeur à la mutuelle est réintégrée dans le salaire imposable du salarié

4. La synthèse de la situation

Le bas du bulletin de salaire sert de récapitulatif.

Depuis le 1er Janvier 2019, l’impôt sur le revenu du salarié est déduit de son salaire et reversé par l’employeur aux impôts. Le taux du prélèvement à la source (PAS) est communiqué par les impôts à l’employeur qui ne peut en aucun cas le modifier.
La base imposable est constituée du salaire brut moins les cotisations salariales (hors CSG-CRDS non déductible) plus la part patronale au financement de la mutuelle.

Le coût global représente pour l’employeur la charge totale du salarié sur le mois, incluant toutes les cotisations

Les congés payés sont répertoriés sur 2 colonnes : N -1 et N.
Les congés N-1 sont ceux acquis l’année précédente et à prendre jusqu’au 31 Mai.
Les congés N sont que l’on acquiert pour l’année prochaine, à prendre après le 1er Juin.


Vous avez des questions concernant la gestion de vos bulletins de paie, contactez-nous ou consultez notre solution d’externalisation de la paie.